Dacia Logan dCi : Vive l’auto pas chère du tout

Elle est presque aussi connue qu’une Porsche 911 ! Archétype de la voiture à bas coûts, la Dacia Logan se refait une beauté. L’agrément de conduite est discutable, la présentation austère et les performances se révèlent médiocres. Mais c’est le meilleur rapport qualité-prestations-prix du marché ! Il y a (beaucoup) mieux ailleurs… mais pour beaucoup plus cher.

Dacia Logan

Produite aujourd’hui en Roumanie, au Maroc, en Iran, au Brésil, en Russie, la Logan est une incontestable réussite depuis onze ans.

La Dacia Logan ? Tout le monde connaît. C’est la voiture à bas coûts simple, fonctionnelle, confortable, fiable, économique. Produite aujourd’hui en Roumanie, au Maroc, en Iran, au Brésil, en Russie, la Logan est une incontestable réussite depuis onze ans. Très moche au départ, elle est aujourd’hui correctement dessinée. Et ne détonne plus dans la rue. Avec une carrosserie discrète et équilibrée, dont les dernières retouches à l’avant et sur les boucliers sont les bienvenues, elle a le bon goût de s’afficher au  même tarif. Voilà donc une formidable voiture… à (tout) petit prix.

Simple, accueillante et spacieuse

L’habitacle arbore un nouveau volant plus flatteur, des selleries moins austères. Partagé avec sa demi-sœur Sandero, l’intérieur est toujours spacieux. On bénéficie d’un grand coffre, accessible, pratique, avec des commandes et une instrumentation sans esbroufe, simple, clairement repérable. Pas besoin d’ingérer un copieux manuel avant de démarrer. Tout est à sa place – y compris désormais les commandes de lève-vitres sur les portières. Pleine de bon sens face aux autos à la mode inutilement compliquées, la Logan propose en outre des assemblages rigoureux.

Ah, évidemment, un prix aussi bas, ça se paye ! Il faudra donc se contenter de plastiques archi-bas de gamme, noirâtres, sinistres. Les réglages de la position de conduite sont simplistes, avec des crans peu pratiques pour la hauteur du siège. Lesdits sièges ne maintiennent pas très bien le dos le dos en virage. Le volant est réglable, lui, en hauteur, mais pas en profondeur. Quant au bruit « quincaille » de fermeture des portières, il n’est guère valorisant. Mais, une Logan ne se juge pas comme les autres voitures. Elle s’apprécie par rapport à son prix, qui fait oublier ce total manque de raffinement.

Une Logan constitue un choix 100% rationnel pour ceux qui considèrent l’automobile comme un outil de transport pour aller de A à B. Pas de place pour la séduction, qui ne figurait d’ailleurs pas au cahier des charges. Mais habitabilité et accessibilité, coffre spacieux, permettent de voyager en (petite) famille.

Confort, mais direction désagréable

Le groupe de Boulogne-Billancourt équipe sa Logan des derniers moteurs du groupe. Y compris un inédit moteur à essence de 75 chevaux, que nous ne recommandons pas, tant il est apathique. Le 90 chevaux, inauguré par la Clio IV, fait mieux l’affaire, malgré un agrément hyper-limité. La meilleure motorisation reste le 1,5 dCi de 90 chevaux. Souple, suffisant, il autorise des performances correctes pour s’insérer dans le trafic. Il faut faire un peu patiner l’embrayage pour démarrer, mais la voiture ne cale plus comme précédemment. Les amateurs de mécaniques plaisantes ne seront guère comblés. Mais ce moteur fonctionnel et économique est tout à fait à sa place sur cette Logan. La consommation sur route demeure modérée (5,6 litres aux cents).

Essai Dacia Logan MCV Easy R (2016)

Le comportement routier est également suffisant.  La voiture ne surprend jamais et reste sécurisante, vu sa vocation placide…  Mais la roumaine n’est pas un exemple de précision ni d’agilité. La direction, à l’ancienne n’est guère sympathique. Rêche, elle peine à revenir au point milieu, comme sur une Renault d’il y a une vingtaine d’années. Les suspensions flottent également Mais, tout cela reste vivable. On ne demande pas à une Dacia d’être une sportive de pointe.

Si l’on met le plaisir de conduite en tête de liste des motivations d’achat,  il vaudra mieux acheter autre chose. Mais, avec ses grands débattements, cette Logan met en avant un superbe confort de suspensions sur les inégalités de la chaussée. Faite pour affronter les mauvaises routes des pays émergents – et celles de France, criblées de ralentisseurs -, la Dacia fait beaucoup mieux sur ce point qu’une Renault Mégane autrement plus raide. Cette douceur séduit. Dommage que la légèreté et donc le manque d’insonorisants génèrent des bruits très présents. Avec des résonances peu sympathiques.

Essai Dacia Logan MCV Easy R (2016)

Prix archi-serrés et options bon marché

Avec des prestations bien supérieures à celles des concurrentes plus petites  – et plus onéreuses -, la Logan en donne très largement pour son argent.  Si la gamme démarre à 7.790 euros, le dCi 90 est disponible à partir de 12.750 euros. Notre modèle d’essai était en finition Lauréate à 13.170 euros. La navigation est à 250 euros en plus, les lèvres-vitres électriques à 150, l’accoudoir central avant à 100. Le prix des options est aussi modique que le tarif général.  C’est la moins chère de la gamme Dacia. La Sandero, dotée d’une cinquième porte et d’un arrière transformable plus pratique mais avec un coffre plus petit, coûte 200 euros supplémentaires. Les rares rivales sont à au moins 3.000 euros de plus !

Alors, si vous ne vous intéressez pas spécialement aux voitures, que vous voulez dépenser le moins possible pour une berline neuve, pratique, pas du tout ridicule sur route, c’est exactement ce qu’il vous faut. C’est une vraie voiture à part entière. Pas de piège à redouter : la Logan n’a pas de défaut rédhibitoire, malgré nos critiques. Pour vous convaincre, ajoutons que les Dacia sont réputées fiables, très bon marché à entretenir avec des pièces peu coûteuses. Elles bénéficient en outre des prestations satisfaisantes du réseau Renault, le plus dense de France. Ah, on oubliait : la  garantie est de trois ans ou 100.000 kilomètres !

 

Prix du modèle d’essai : Dacia Logan 1,5 dCi 90 Lauréate : 13.170 euros

Puissance du moteur : 90 chevaux (diesel)

Dimensions : 4,35 mètres (long) x 1,73 mètres (large) x 1,52 (haut)

Qualités: Rapport prix-prestations imbattable, entretien économique, réseau Renault très dense, polyvalence d’utilisation, habitabilité, confort, pas de défaut rédhibitoire

Défauts : Direction désagréable, comportement flottant, moteur juste, intérieur très bas de gamme et triste, bruits

Concurrentes :  Fiat Tipo 1,3 Multijet 95 Pop: 16.290 euros, Citroën C-Elysée: Blue-HDi Confort:  16.450 euros

Note : 14,5 sur 20

http://www.challenges.fr

Scroll Up
%d blogueurs aiment cette page :